L'Ardèche

Programmation
Culturelle
Conférence
Share

Conférence

Samedi 1er décembre : les graffitis des soldats dans le tunnel de Naours

Gilles Prilaux, ingénieur de recherche, institut national de recherches archéologiques préventives

A côté d'Amiens, se trouve la cité souterraine de Naours, correspondant à d'anciennes carrières de craie. Elle abrite un trésor historique : plus de mille graffitis inscrits sur les murs par des soldats australiens. Signature, nationalité, date et parfois adresse ont été gravée.
Gilles Prilaux, à travers son enquête, a souhaité reconstituer la vie de ces soldats. Parmi eux, Leslie Russel Blake, un géologue-cartographe, chercheur d'or mais aussi explorateur de l'Antarctique.
Gratuit. Sur réservation.

Samedi 13 octobre 2018 à 17h : L'HÉRITAGE TOXIQUE DE LA GRANDE GUERRE

Daniel Hubé, ingénieur au Bureau de Recherches Géologiques et Minières

© brgmLes conflits du XXè siècle sont à l'origine de nombreux désastres écologiques. La destruction et le recyclage des obus chimiques constituent un véritable "héritage toxique". Daniel Hubé mène une enquête historique pour comprendre comment le perchlorate, une substance chimique, s'est retourvé da sl'eau du robinet de foyers du nord de la France. La Grande Guerre aurait-elle pollué les nappes phréatiques ?

Gratuit. Sur réservation.

Jeudi 26 juillet 2018 : GRAFFITIS ET STREET-ART

Une forme culturelle ou transgressive ?

Voir l'image en grandPatrick Legros, maître de conférences HDR de sociologie à l'Université de Tours, membre du laboratoire C3S (culture, sport, santé, société)
Du tag à l'art urbain, les acceptions désigant cette exposition urbaine singulière, sont variées : vandalisme, exposition de soi, propagande, diffuseur d'opinions transgressives, le graffiti revêt en effet différentes formes et fonctions. Il constitue un réseau social ayant ses propres codes et s'inscrivant dans l'histoire. (conférence suivie d'une performance graff (Graff O Style) et d'un spectacle hip-hop (BoomBapCie)

Le 30 mai : conférence et dédicace avec Dimitri Tilloi D'Amrosi

Agrégé d'histoire et spécialiste de l'Antiquité, Dimitri Tilloi D'Ambrosienseigne à l'université Lyon III. Ses recherches portent sur l'alimentation, la diététique et la médecine à l'époque romaine.

Dans le cadre du projet Albacraft, les enfants travaillent à la reconstitution en maquette et dans le jeu Minecraft des bâtiments de la ville antique. Après avoir découvert et pratiqué les mesures antiques, mais aussi l'architecture romaine, il est temps de remettre de l'humain dans ces vestiges. C'est le rôle de l'intervention de Dimitri Tilloi D'Ambrosi.Il interviendra dans l'école de Rochemaure le 16 mai et l'école du Centre Le Teil le 30 mai.


A l'issue de ces interventions, il animera une conférence sur l'alimentation à l'époque romaine et dédicacera son livre "L'empire romain par le Menu"
paru en octobre 2017 chez Arkné Editions

Vendredi 27 avril à 18h30 : ARCHÉOLOGIE DE LA GRANDE GUERRE

Voir l'image en grandARCHÉOLOGIE DE LA GRANDE GUERRE ET TRAITEMENT DES MORTS

Yves Desfossés, conservateur général du patrimoine, DRAC Grand Est.

Au début des années 1990, l’archéologie préventive va investir de larges espaces ruraux par le biais des grands travaux (autoroutes, TGV). Dans le nord et l’est de la France, les archéologues redécouvrent des vestiges liés à la Première Guerre mondiale et sont confrontés à notre mémoire collective et individuelle, comme lors de la découverte du corps du soldat Fernand Terras le 1er août 2013.

Le 2 février 2018 : remerciements et conférence

Voir l'image en grand
Le vendredi 2 février Olivier Pévérelli, vice-président du Conseil départemental délégué à la Culture et au Patrimoine a adressé ses remerciements à Madame Lucette Audigier (excusée) et son fils Philippe Audigier, donateurs de la borne milliaire constantinienne du musée. En présence de Roger Lauxerois, conservateur honoaire des musées de Vienne, Francis Pailler, érudit chercheur et Aude Poinsot, directrice du musée.

De gauche à droite : A. Poinsot, F. Pailler, R. Lauxerois,
O. Pévérelli et P. Audigier


A l'issue de ces remerciements, Francis Pailler à présenter son travail de recherche sur les bornes milliaires du territoire Helvien.

Voir l'image en grand Voir l'image en grand









Désormais, le musée dispose désormais de deux bornes milliaires :

1. Borne retrouvée en 1861.
Voir l'image en grand

Probablement à son emplacement d'origine (actuelle route nationale 102, entre Le Teil et Alba-la-Romaine montée des combes).
Datée de 145 après J.-C., elle a été installée le long de la route d’Antonin le Pieux, allant de Lyon à Nîmes : [M(ilia) P(assuum).4]... signifie
« à 4 000 pas ».




2. Borne retrouvée en 1966 au Teil.
Voir l'image en grandDatée de 300 après J.-C., elle comporte trois inscriptions successives qui rendent hommage à la famille constantinienne sous des formes qui relèvent du culte impérial. L’expression épigraphique du culte des empereurs divinisés après leur mort (ici « Divo Constantio ») est plutôt rare en Gaule. Ce document helvien est donc un témoignage exceptionnel, une manifestation d’allégeance ou de propagande impériale sur une route de Narbonnaise.

Don de Yves et Lucette Audigier (Le Teil)
Etude épigraphique, Roger Lauxerois
Recherches archéologiques, Francis Pailler
Restaurateur, Emmanuel Desroches

MUSEAL

Quartier Saint-Pierre
07400 Alba-la-Romaine
museal@ardeche.fr
Tel. 04 75 52 45 15

Suivez-nous
MUSEAL

Hôtel du Département
Quartier la Chaumette - BP737
07007 Privas cedex
Tel. 04 75 66 77 07